Farida Amadou et Steve Noble duo

photos © Sébastien Bozon

29 août 2019.
Le Noumatrouff / festival Météo / Mulhouse

 

Basse-batt’. Duo transgenre et transgénérationnel. À prendre par la face solos en contrepoint ou, époque oblige, par la face B2B. Chacun ouvre son établi à l’autre, dans ses raffinements comme dans ses intensités décisives. Les connexions vont, viennent et repartent. Laissez donc à votre oreille le soin d’en tirer des diagrammes et autres fanfreluches géométriques. Les musiciens auront bien pris, eux, le soin rapide de prévenir tout prérequis chez l’auditeur avant de lancer leur face to face sur une cartographie célébrant la route comme la déroute. Cymbales alarmistes versus basse aquatique. Frappes sèches versus franc malaxage de cordes. Récurrences cubistes pour Farida Amadou, chasse au spectre large pour Steve Noble. Et l'osmose de jouer les filles de l’aléatoire. Grave, pas grave ? Sais pas. Reste que le petit bonheur de duo tient à ce que les moments d’entente parfaite résident non pas dans les accalmies mais, avec une folle insolence, dans les embardées up-tempo. Prend ça, Plus belle la vie

 

_ Guillaume Malvoisin / LeBloc

 

Drum&bass. Transgender and transgenerational duo. To be taken from the counterpoint of solos side or from the B2B side. It’s 2019, dude. Each one delivers his workbench’s rules to the other, in its sophistications and in its decisive intensities. Connections go, come and go further. Let your ear drawing diagrams or other geometric fanfreluches. The musicians have taken care of the listener's prerequisites before launching their face-to-face on a map celebrating the route as the rout. Alarmist cymbals versus aquatic bass. Straight strikes versus string mixing. Cubist recurrences for one, spectrum expanding for the other. Osmosis goes in a haphazard manner. Just a a game, dude. So? Is this a bad or not? Seriously? Dunno. But I know that the little happiness that came from this duo is due to the fact that the perfect harmony do not lie in lulls but in the up-tempo yaws. Take this, Eight is enough.