Debout dans les Cordages

photo © Gaël Jolivot

 © rose macadam

samedi 17 novembre 2018.
Be Bop Or Be Dead / Le Granit / Belfort

 

Debout dans les cordages. Pas dans les cordes. Pas de round d’observation, pas de ring ici, ici le combat est à l’échelle du monde. Suspendu dans les réseaux des trois bretteurs en scène. Marc Nammour en continuateur des harangues de scène, entouré de cette zone libre, mouvante, à chaque fois, ré-improvisées entre les pattes de Serge Tessot-Gay (guitare) et Cyril Bilbeaud (drums). Soit, Free speech rock, frappe dure, palabre rap, et au centre le poète. Aimé Césaire a place faite. Césaire qui se cabre et connaît la musique. Césaire amené en scène par son Cahier d’un retour au pays natal (éd. Présences Africaines) convoqué par le trio « au petit matin » d’une mémoire faite de mots vivants, et de musique repoussant l’oubli dans sa tanière.

Teyssot-Gay et Bilbeaud forment Zone libre où la parole de musique cherche et explore. Le rappeur Nammour (La Canaille) est loin d’être un nouveau-né dans la prise de parole comme acte politique. À cela, le trio ajoute toute sa faconde poétique pour afficher au Granit, cette « voix qui vrille la nuit et l'audience comme la pénétrance d'une guêpe apocalyptique ».

Ce set vient se poser en clôture de festival. Dans une journée où les colères dévalent, complexes et super individuées, ce live remontre à qui serait encore tenté de ranger le poème sur de jolies étagères, qu’il supporte l’énergie commune, la charge sauvage et la transe sonore. De cela, il est fait. Et pour longtemps encore. La belle nouvelle.

 

Badneighbour